Mise en oeuvre du projet

de Janvier 2016 à Juin 2017

Fellowship et Formations

Grâce à l’expérience des deux premières éditions, nous avons la chance de bénéficier d’une année entière pour préparer ce tour du monde.
Depuis notre sélection en janvier 2016, il nous a fallu consolider une équipe forte et motivée, prête à partir un an à l’aventure, ainsi qu’à donner du temps et de l’énergie à l’organisation de ce beau projet.
Depuis lors, notre équipe a fait de nombreuses formations en vue du voyage : week-ends de team building ou de transmission avec les équipes IFT 1 et 2, des formations à la non violence, à la caractérologie, à la prise de vue vidéo, etc.
Pour ces formations nous faisons appel aux différents fellows du programme : à la fois les membres des éditions précédentes, mais aussi Anne- Laure et Fred qui ont fait un tour du monde en 2012 (le Faithbook tour), ainsi que le comité exécutif de Coexister qui nous assure une transmission de savoirs et de techniques ; mais aussi à des partenaires comme les Scouts et Guides de France, des amis journalistes, etc.

Des semaines en conditions

Au coeur de notre démarche d’apprentissage résident nos deux semaines en conditions de tourdumondistes, des « semaines types » pour anticiper les difficultés mais surtout la réalité du terrain, expérimenter la fatigue que l’on peut éprouver en voyage, prendre des réflexes journalistiques et apprendre à vivre ensemble, pour nourrir notre esprit d’équipe.
Nous nous sommes rendus à Sarajevo, la Jerusalem des Balkans, au mois de juillet, et nous nous rendrons à New-York en décembre.
Lors de la semaine d’essai à Sarajevo nous avons fait l’expérience d’une semaine type : Lazare programmait notre semaine en la ponctuant de rendez-vous diplomatiques, interviews et temps de formations et de visites. Sixtine veillait au tri quotidien de nos données vidéos et photos pour produire notre rétrospective du pays. Sami se chargeait des prises de vue lors des entretiens et capturait nos moments de vie avec la GoPro. Bénédicte rédigeait le questionnaire en vue des interviews qu’elle menait et mettait à jours les dépenses de chacun.
Chacun dans nos rôles nous nous sommes mis en conditions sous le regard bienveillant de nos formateurs : Samuel Grzybowski (fondateur de Coexister et membre de l’Interfaith Tour 1), Victor Grèze (membre de l’interfaith Tour 1),
Maylis Philip (directrice de la communication de Coexister), et Laure Boutteau (chargée du bien-être des groupes locaux de Coexister).

Partenariats et communication

Grâce au cadre déjà bien défini par Sparknews et Coexister, nous avons pu définir conjointement notre vision, notre mission, nos forces et la cohérence de notre projet. Depuis notre sélection, nous nous sommes répartis en 4 pôles (communication, programmation, documentation, et finances) afin de continuer à avancer dans l’organisation de notre projet. Nous nous sommes partagé le travail, et prenons des décisions collectivement, dans un esprit de concertation – tous leader dans notre domaine de compétence – pour mener à bien la seconde étape de notre projet : recherche de partenariats et organisation concrète du voyage.
Dans un premier temps, il s’agit de mettre en place les partenariats avec la Presse et notre plan de communication, lancer notre campagne de crowdfunding ainsi que de rencontrer les différents organismes et financeurs qui souhaiteront s’associer au projet.

 

La communication autour du projet.

La vidéo hebdomadaire :

Toutes ces données vidéos prises lors des interviews et durant vie quotidienne nous serviront pour la publication de vidéos hebdomadaires retraçant notre semaine dans chaque pays. Cela nous permettra de sensibiliser les internautes en partageant les bonnes idées, les acteurs inspirants, de faire connaître le travail des acteurs de paix, de les promouvoir pour les rendre visible. Publiée sur notre chaîne YouTube, elle sera relayée sur l’ensemble de nos réseaux. Ces vidéos serviront d’outils pédagogiques pour faire connaître l’ampleur du travail interreligieux dans le monde lors de
notre tour de France au retour.

Humans of the Interfaith Tour : 

150 visages pour 300 jours de voyage. 

Une à deux fois par semaine nous publierons le portrait d’une personne représentant la Coexistence Active autour du monde, inspiré de la célèbre initiative du photographe Brandon Stanton : Humans of New York. Chaque portrait sera accompagné d’un court récit présentant le protagoniste ainsi que ses pensées sur l’inter-religieux.

Un Tumblr sera dédié à la réalisation de ce projet : http://humansofIFT.tumblr.com
Ces photos seront ensuite relayées sur nos réseaux Facebook, Instagram et Twitter.

mais aussi pour les ateliers de sensibilisation de Coexister
Les groupes locaux de Coexister

Les réseaux sociaux :

Les réseaux sociaux nous permettront de partager nos travaux et nos découvertes tout en partageant les moments de notre vie quotidienne.

Notre page Facebook sera notre outil principal de communication. On y trouvera toutes les informations en temps réel sur nos déplacement et étapes de voyage, notre album photos hebdomadaire même des Facebook Live avec nos followers! Flickr hébergera l’album complet de nos étapes. Twitter nous permettra d’effectuer un « live-tweet » lors de nos interviews. Instagram, sera l’occasion de partager des photos de paysages, mais également les portraits de nos rencontres. Snapchat, sera notre caution de spontanéité et d’authenticité puisque seront publiés tous les moments de notre vie quotidienne. Notre chaîne YouTube hébergera nos vidéos hebdomadaires ainsi que des extraits de nos interviews.

Les groupes locaux de Coexister :

Nous souhaitons être en lien étroit avec les groupes locaux de Coexister pendant toute la durée du voyage. Ils seront les premiers relais de nos travaux sur internet via leurs pages Facebook. Ainsi, ils permettront la diffusion de nos vidéos hebdomadaires dans plus de 40 villes en France, en Belgique, en Suisse et en Angleterre.
Coexister s’est engagé à nous accompagner dans une démarche de formation et de transmission de compétences techniques et professionnelles.

Cette proximité avec l’association nous aidera à rester concentrer sur notre objectif. Elle sera pour nous un soutien indéniable pour aller jusqu’au bout de notre démarche.