Ilan Scialom

sam

28 ans, juif

L’objecteur de conscience

Transmission et engagement sont deux mots qui caractérisent bien le parcours et la vie d’Ilan Scialom. Né en 1984 dans une famille juive traditionnelle, Ilan est le plus âgé de la « bande des cinq » mais pas le moins actif.

 

Diplômé de géopolitique de l’Ecole Normale Supérieure et de l’Université Panthéon Sorbonne, il a vécu à Bruxelles et travaillé sur les questions internationales en tant qu’attaché parlementaire au Parlement Européen. Sa volonté de « faire du terrain » et de connaître les acteurs en présence l’ont conduit dans différentes zones du monde. Il a ainsi vécu pendant deux ans en Israël et étudié la résolution de conflits à l’Université Hébraïque de Jérusalem en travaillant assidument au coté d’Israéliens et de Palestiniens.

 

Ilan a aussi de nombreux engagements associatifs: « Scouts toujours », il a modestement contribué à développer la dimension internationale et les relations avec les autres mouvements scouts au sein des Eclaireuses et Eclaireurs Israélites de France. Passionné d’entrepreneuriat et d’innovation au service du social, Il est l’un des responsables de l’association « Passeurs de Mémoires » qui travaille à la transmission de la mémoire et à la prévention des crimes de masse et des génocides en promouvant une approche comparative.

 

Son engagement inter-religieux n’est pas nouveau: en 2007, il est l’un des responsables de l’atelier judaïsme au Jamboree du Centenaire Scout qui réunit plus de 40 000 personnes. En mars 2012, suite aux meurtres de Toulouse et de Montauban, conscient de la menace, il est à l’origine avec Samuel d’un texte qui fédère les cinq grands mouvements scouts français contre le racisme, l’antisémitisme et pour la défense du vivre-ensemble. A ce moment, il intégre l’association Coexister dont il est le porte-parole aujourd’hui.

 

Ilan est un juif pratiquant qui a fait sien le verset de la Torah ‘Véahavta IreHa KamoHa » (Tu aimerais ton prochain comme toi-même). Toujours à la recherche de sens et de nouveaux horizons de pensées, il est convaincu qu’on ne peut aller vers l’Autre si on ne se connaît pas soi même. Voilà pourquoi l’étude de la Torah, de la pensée juive, tout comme celle des grands auteurs modernes et contemporains sont la base constitutive de son engagement pour oser réfléchir et construire le monde qui vient.