Saison 4Journal

Deux festins de Noël pour le prix d’un

Illustration du projet InterFaith Tour

Ce matin, je me suis dépêché de terminer la préparation d’un velouté de butternut et de patates douces pour le réveillon de ce soir avant que Charles ne vienne nous chercher.

Charles et Natacha, c’est un couple de Belges francophones qui habite à Houston avec ses cinq enfants : Pénélope, Adèle, César, Salomé et Ulysse. Ce midi, ils nous ont invité à déjeuner chez eux car à partir de demain ils nous prêtent leur maison pour quelques jours.

En arrivant, ils nous montrent rapidement les différentes pièces, puis nous invitent à nous asseoir autour d’une jolie table dressée sur la terrasse, au bord d’une piscine (beaucoup trop froide). Cette année, à la place du traditionnel dîner de Noël, ils ont décidé que le déjeùner serait le repas de fête. Bon, nous on est très ravis de cette décision. Surtout que ça sent bon le riz doré aux graines de grenade, la salade méditerranéenne, les boulettes de boeuf aux épices, les aubergines grillées aux anchois… C’est un régal !!

Illustration du projet InterFaith Tour

Après le déjeuner, ils nous proposent de rester en attendant la messe de Noël. Okay ! On va pas se refuser un peu de repos le 24 décembre. En plus, ils ont une immense collection de BD qui nous fait de l’œil. Pour la première fois depuis des semaines on lit… Pour le plaisir !

Vers 17h, Natacha ramène Abderrahim et Adèle chez Pauline (où ils ont pour mission de terminer la préparation du dîner). Pendant ce temps, Charles emmène le reste des troupes à la répétition de musique de la messe de Noël, qui a lieu sur le campus d’une université privée catholique de Houston. La chapelle, moderne, est magnifique, avec un très beau chemin de croix sculpté en creux dans le mur. Pendant que la répétition a lieu, Pénélope nous propose de faire un tour du campus de l’université.

Illustration du projet InterFaith Tour
Illustration du projet InterFaith Tour

Au fait, la messe est en français. Au début c’est un peu déstabilisant, ça fait longtemps qu’on a pas entendu autant de personnes parler une langue qu’on comprend sans aucun effort. Mais on s’y fait rapidement. En fait, c’est un peu comme si on avait été catapultés dans un petit village français le temps d’une soirée.

Après ce petit moment de grâce, Natacha nous ramène chez Pauline. Abderrahim et Adèle ont tout prévu (même les bougies) pour qu’on passe un beau dîner en « famille ». Voilà ce que ça fait 5 mois de voyages ensemble.

Vincent.

Abonnez-vous à notre newsletter

[mc4wp_form id="679"]