Nous avons besoin de vous ! Aidez-nous à financer notre 4e édition →

JournalSaison 4

One love, one heart, let’s get together and be alright

Helloooo et bon vendredi,

On commence la journée par une rencontre avec mustard seed communities une organisation qui accueille et accompagne des jeunes femmes enceintes, des enfants atteints du virus du VIH et des personnes en situation de handicap. Nous sommes accueillis au siège où il y a une école, une radio, un centre d’accueil et atelier de poterie ! Nous ne pouvons pas les interviewer mais nous avons le droit à une visite guidée de leurs installations. C’est une organisation qui a une place très importante en Jamaïque car elle répond à de nombreux besoins sociaux.

Première étape : la radio. Roots FM 96.1, une radio largement écoutée en Jamaïque ! Après cinq petites minutes de discussion, nous voilà en direct sur la Radio en train de présenter le projet. Un peu pris par surprise nous ne savons pas trop où donner de la tête mais nous sommes bien guidés par la présentatrice ! Ils sont intrigués par nos différentes convictions mais ils veulent aussi savoir comment nous vivons notre projet en Jamaïque, nos rencontres et nos découvertes culinaires ! À la fin de l’interview improvisée, la présentatrice nous passe une musique qui lui penser penser à notre projet, il s’agit de la chanson de Bob Marley “One Love”.

Après l’interview on passe à l’école, c’est un peu étrange d’arriver dans une classe comme ça mais les élèves sont super contents de nous voir. Petite ambiance de centre aéré pendant 10 minutes, nous discutons et jouons avec les enfants. Ils sont super contents car aujourd’hui c’est “Patties day” une journée où à midi ils mangent des Patties, la spécialité locale que tout le monde adore. Des chaussons fourrés à la viande, au fromage au légume ou aux crevettes.

Étape numéro trois : visite d’un centre d’accueil. Une trentaine de personnes avec des handicaps assez lourds sont accueillis dans ce centre. Tout est mis en oeuvre pour leur permettre d’être accompagnés et de développer une activité dans certains cas. Certains travaillent d’ailleurs dans l’atelier de poterie qui est notre dernière étape de la visite. Cet atelier permet au centre d’avoir des ressources financières pour garder son indépendance et assurer le développement des différentes activités. Nous avons le droit à une visite et une démonstration de poterie, ils arrivent parfois à faire 200 pièces dans une même journée.

Après cette visite, nous devons manger sans trop tarder si nous voulons avoir le temps de travailler. Nous nous posons au Café Blue qui est devenue un peu notre quartier général de travail de la semaine. Abderrahim recoit un message de Heru, un responsable d’une communauté rasta qui est prêt à nous rencontrer. Nous finissons donc nos tâches et nous partons à sa rencontre. En fonction des pays, nous avons soit des rendez-vous fixés à l’avance et des semaines très cadrées, soient des rendez-vous qui nous tombent un peu dessus. En Jamaïque on est plus sur la deuxième option mais du coup c’est toujours des bonnes surprise.

Nous retrouvons Heru dans une communauté Rasta au milieu d’un petit magasin, un stade de foot, un terrain de basket et des habitations. Détail très important de ma journée je tombe sur un chat qui ressemble étrangement à mon chat qui m’attend paisiblement en France. Je suis ravie de voir que son sosie se porte à merveille dans cette communauté rastafari à Kigston. Installés dans les gradins du terrain de basket, nous commençons l’interview de Heru. Ancien ingénieur pour AirJamaica et responsable de la communauté, il est très impliqué avec l’Interfaith council que nous avons rencontré la veille. Il nous parle notamment de deux projets :

  • La formation et l’accompagnement des responsables religieux pour accompagner les personnes atteintes du virus du VIH. Ils utilisent notamment la musique qui est au coeur du mouvement Rasta pour faire passer des messages pour réduire les discriminations à l’égard des personnes atteintes.
  • Un travail dans des prisons, pour accompagner la réinsertion des personnes incarcérés et casser le cycle de la violence.

Lorsque je lui demande pourquoi c’est important pour lui de travailler avec d’autres communautés il me répond que TEAM (équipe en anglais) veut dire :

  • T – TOGETHER (ensemble)
  • E – EACH (chacun)
  • A – ACCOMPLISH (accomplir)
  • M – MORE (plus)

Je trouve que le message est plutôt clair ! J’en profite pour m’arrêter là je crois que tout est dit pour aujourd’hui.

Il fallait quand même que je vous montre une photo du sosie de mon chat avant de conclure !

Floraine

Abonnez-vous à notre newsletter

Worth reading...
Rencontre avec Monsieur l’Ambassadeur