Nous avons besoin de vous ! Aidez-nous à financer notre 4e édition →

ArticleSaison 4

Paix en pratique(s) – Ukraine

Ukrainian Youth Contact Group

Le Youth Contact Group est une initiative de jeunes soutenus par l’OSCE, crée en 2015. L’Ukraine est un grand pays, avec de multiples régions aux histoires différentes entre lesquelles il existe de nombreux préjugés : ces derniers sont encore renforcés depuis le début de la guerre. Le Youth Contact Group réunit des jeunes issus de ces régions : à l’origine, 9 membres étaient issus du Donbass, 4 de l’est et du centre du pays, et 3 de l’ouest. 

Leur premier projet a été le “Ukrainian Bridge” : ils ont crée un google form à faire remplir par des jeunes désireux de participer, et ont ensuite manuellement crée des paires de correspondants de différentes régions. Ces derniers ont pu commencer à échanger par mail: beaucoup ont discuté de leurs différences de langues ou de cultures; des amitiés sont nées, certains se sont rendus visite et sont devenus des ambassadeurs de la lutte contre les préjugés au sein de leur entourage. Plus de 200 jeunes ont été volontaires dès la première année, et le projet a gagné en ampleur depuis, à tel point que le Youth Contact Group a crée un site internet pour jouer le rôle de plateforme de lien entre tous les participants. 

Le Youth Contact Group continue aujourd’hui à développer de multiples projets pour créer du lien inter-régional en Ukraine. Récemment, ils ont crée un rassemblement de jeunes peintres issus de différentes régions, qui ont été invités à reproduire les mêmes paysages et objets avec leurs propres regards et techniques, pour créer une exposition à partir de leurs oeuvres.

Libertas Center for Interconfessional and Interreligious Dialogue

Le Libertas Center a pour but de promouvoir le dialogue interreligieux en Ukraine à différents niveaux. Sur le plan académique, il organise des conférences et des séminaires sur les questions interreligieuses. Le Libertas center prépare par exemple un “Interfaith Expresso” : l’idée est de concentrer (comme dans un expresso) les savoirs sur les religions majoritaires en Ukraine dans l’espace d’une journée, avec des cours simples et accessibles donnés par des chercheurs ou des responsables religieux. 

Depuis le début de la crise de Crimée et de la guerre du Donbass, le Libertas Center a évolué vers des activités sociales organisées ensemble par différentes communautés religieuses, au profit notamment des déplacés ou des personnes en situation de précarité. Il a par exemple organisé à évènement pour les veuves de guerre et famille de victimes et proposé dans ce cadre un accompagnement psychologique, qui fait aujourd’hui défaut à l’échelle nationale.

The school of interreligious journalism

L’école de journalisme interreligieux est un projet crée en 2017 par une étudiante, Lidiia Batig, en partenariat avec le Libertas Center. L’objectif est de lutter contre le manque de connaissance sur les traditions, croyances et pratiques religieuses, qui mène à de fortes violences symboliques et à la prolifération de stéréotypes et préjugés dans les médias. Des promotions multi-religieuses sont sélectionnées chaque année, et réunissent des journalistes, des économistes, des écrivains, des psychologues, des linguistes, des juristes… L’objectif est de leur permettre de questionner leur éthique, et de rencontrer des responsables religieux : à ces fins, l’école organise des évènements culturels en commun, comme par exemple des festivals interreligieux de cinéma ou de poésie. Ils mettent également en place des tables rondes et des conférences sur les questions religieuses, visitent des lieux de cultes chrétiens, des synagogues et des centres islamiques. L’objectif final est que le journalisme ne soit plus utilisé comme un outil de propagande religieuse, mais comme un moyen de la faire cesser. 

Ukrainian Council of Churches and Religious Organizations

Le Conseil réunit depuis 20 ans les représentants de 16 organisations religieuses, avec une présidence tournante. Il est en lien avec le gouvernement, le parlement et le président ukrainien, auprès de qui il mène un plaidoyer politique sur les questions interreligieuses. Le Conseil a notamment fait passer une loi sur la représentation des différentes religions du pays au sein des aumôniers de l’armée, des hôpitaux et des prisons. 

Il fait le lien entre les revendications sociales des fidèles et leurs représentants politiques, et a même contribué aux manifestations qui ont mené à la révolution de l’Euromaïdan en 2014. Les responsables religieux membres du conseil ont alors fait une chaîne entre les étudiants protestataires et les forces de police, pour éviter que ces derniers ne tirent dans la foule.

Aujourd’hui, le conseil adresse certaines questions sociétales comme la lutte contre les discriminations liées aux religions ou la déconstruction des préjugés. Cependant, il faut noter que l’un de ses objectifs est également de “défendre une vision traditionnelle de la famille et du mariage, fondée sur des valeurs morales religieuses” : cette position comporte le risque de mener à des discriminations sur la base de l’orientation sexuelle, ou à des comportements homophobes. Cet objectif représente donc une forte limite dans l’utilisation de l’outil interreligieux au service de la liberté ou de l’égalité des droits, qui sont des prérequis essentiels à la construction de la paix.

Institute for Religious Freedom

L’institut pour la liberté religieuse défend la liberté d’opinion, de conscience et de religion en Ukraine depuis 2001. Il organise des réunions avec différents responsables religieux pour promouvoir le dialogue et la compréhension mutuelle. Il joue également un rôle important dans la veille sur les restrictions et persécutions religieuses à l’oeuvre en Ukraine, en particulier dans les régions du Donbass et de la Crimée, et il informe les médias et organisations internationales sur ces questions. Enfin, il a un rôle de consultant sur les questions interreligieuses auprès des institutions étatiques, il participe même à la rédaction des lois sur la liberté religieuse. Cependant, l’Institut partage la position du Conseil national des Eglises et organisations religieuses sur la défense des “valeurs morales religieuses” au service d’une “vision traditionnelle de la famille et du mariage”, et rencontre donc les mêmes limites dans sa contribution à la construction de la paix en Ukraine. 

Masterpeace Club Ukraine

Masterpeace en Ukraine promeut l’art contemporain, la littérature, le théâtre et le cinéma comme des vecteurs de cohésion sociale et de dialogue interculturel. 

L’an dernier, ils ont par exemple organisé un évènement intitulé “Theatre : Talent and Energy for Peace Building and Togetherness”, en partenariat avec une compagnie locale de théâtre contemporain : le Silver Island Theatre. Ils ont monté une pièce participative, représentée devant un public d’étudiants et d’écrivains de communautés différentes, qui abordait plusieurs thématiques sociales d’Ukraine. Ils ont également mené le projet “Poetry : Creating Peace. Together” : un club de poésie réunissant des étudiants de différentes religions, qui ont travaillé toute l’année sur des thématiques liées à la paix et à la création. 

En partenariat avec le Libertas Center, Masterpeace Club a également monté une exposition d’objets religieux de différentes traditions, avec des explications liées, pour faire reculer les préjugés et stéréotypes sur la question. L’exposition est itinérante et a déjà été présentée dans plusieurs régions d’Ukraine.

Institute for Peace and Common Ground

L’Institute for Peace and Common Ground promeut le dialogue comme une pratique centrale des processus de réconciliation. Il travaille à différents niveaux : localement, il a par exemple porté le projet “Dialogue in Kremenchung” qui a permis de travailler pendant 6 mois sur les oppositions et les divisions qui animaient la communauté de la ville. Les pro-gouvernement et les indépendantistes, les opposants et les soutiens au mouvement d’Euromaïdan, et les autorités locales ainsi que les citoyens ont pu débattre et dialoguer à partir de documentaires réalisés pour l’occasion et présentant les différents narratifs existants autour de ces questions. 

Un procédé similaire a été mis en place à l’échelle régionale, dans le cadre du projet “Understanding through dialogue”. L’institut a réunit des activistes de 12 régions en Ukraine, et les a chargés d’identifier les principaux points de tensions et stéréotypes portés par leurs populations. Un dialogue local a été ouvert sur ces sources de divisions, puis une chaîne de communication a été mise en place entre les différentes régions pour lutter contre la polarisation régionale en Ukraine. Ce projet a également permis de mettre en réseau les activistes et organisations non-gouvernementales impliqués, pour leur permettre d’échanger sur leurs défis communs.

National Association of Mediators of Ukraine

L’Association nationale des médiateurs s’assure que des experts locaux soient formés et consultés par les autorités dans les processus de médiation de conflit, notamment dans le cadre de la guerre dans la région du Donbass. Ils organisent chaque année un “Forum of Mediators and Dialogue Facilitators” qui permet à tous les professionnels de cette filière d’échanger leurs bonnes pratiques et d’interroger leurs défis communs. Ce forum est né d’une initiative locale, portée par le groupe régional des médiateurs d’Odessa. L’association produit également du matériel pédagogique à destination des acteurs du secteur de la justice, pour leur permettre de faire face aux enjeux de la justice réparatrice et transitionnelle. Enfin, l’Association nationale des médiateurs mène des projets de recherche aux côtés de l’ONU Femmes pour adresser les questions de genre dans les processus de construction de la paix et de réconciliation en Ukraine.

Abonnez-vous à notre newsletter