PortraitsSaison 5

Porter la voix des jeunes musulman·es et casser les préjugés – Nora et Dennis de Juma

Portraits

(English below) Quand nous sommes arrivées à Berlin, Nora et Dennis nous ont ouvert les portes de leur association @juma_berlin avec beaucoup d’enthousiasme.

Passionnée de poésie et de slam, Nora réalise ses études sur l’Afrique et l’Asie. Elle est issue d’une famille mixte musulmane et athée. À 12 ans, elle commence à lire tout ce qu’elle peut sur l’islam et demande à son père de l’amener à la mosquée. “À 13 ans, j’ai voulu porter le voile.” raconte Nora. Dans son école, cela a fait scandale. “Plus tard, j’ai eu besoin de l’enlever : certain·es étaient content·es ; d’autres mécontent·es.” Par le foulard, elle voulait empêcher les gens de la juger par la manière dont elle se présentait au monde, mais en Allemagne c’était l’inverse. Elle ajoute : “Nous vivons dans des sociétés de l’image où les femmes sont particulièrement réifiées. Tout le monde voulait que je représente une religion mais ce n’était pas mon plan.” Elle reprend alors la métaphore du pendule pour parler de la vie : “Il y a des moments, où on penche d’un côté et d’autres, de l’autre côté. Plus ça va dans une direction, plus ça se lancera dans l’autre.”

Dennis a 31 ans et est né dans l’Allemagne de l’Est. Il a étudié la politique et la philosophie. Depuis 7 ans, il travaille en faveur de l’éducation populaire. En RDA, il n’avait pas de relation avec d’autres religions puisqu’à l’époque beaucoup de chrétien·nes étaient persécuté·es. “Mes parents viennent de la classe ouvrière sans religion. Je suis allé à l’école dans le Berlin réunifié et c’est là-bas que j’ai découvert et appris à appréhender les diversités.” nous déclare-t-il. “J’étais dans cette période de rébellion adolescente, où je me suis dit : “OK, qu’est ce qui serait le plus provoquant pour ma famille ? Me convertir à une autre religion !” Alors, je me suis converti à l’islam quand j’avais 16 ans. Beaucoup de membres de ma famille ne voulaient plus me voir. Puis, j’ai rencontré des personnes qui m’ont appris ce qu’était véritablement l’islam et c’est ainsi que je suis devenu musulman.”

L’association

Depuis 2010, JUMA (Jung Muslimisch Aktiv = jeune, musulman, actif) est un mouvement par et pour les jeunes, qui permet de faire entendre la voix de jeunes musulman·es et qui les encourage à s’impliquer dans la société avec leurs opinions, leurs souhaits et leurs idées. Tout d’abord, par le biais d’évènements entre jeunes, l’association veut faire vivre la culture musulmane et donner du pouvoir aux jeunes, peu importe leur appartenance communautaire, leurs origines ou leur pratique de l’islam. Comme le dit Dennis : “Si tu es musulman·e de la communauté turque, tu n’as pas forcément rencontré dans ta vie des musulman·es de communautés du Maghreb.”. Ensuite, l’association porte un programme de plaidoyer : “Très souvent, nous rencontrons des journalistes ou des politiques pour parler des problèmes auxquels les jeunes musulman·es font face en Allemagne.” nous dit Dennis. Le projet permet à ses participant·es d’entamer un dialogue avec des acteurs de la politique, de l’économie, des médias, de la science et de la culture et de parler en leur nom. Enfin, JUMA réalise un travail d’éducation par les pairs au sein des écoles avec le programme “Interreligious Peers”. L’association rassemble de jeunes musulman·es, juifs et juives, chrétien·nes, baha’i·es pour mettre en place des modules sur l’identité, les religions et la lutte contre les discriminations.Par exemple, lors de ces ateliers, les intervenant·es disposent 48 cartes sur une table qui représentent des mots, des images, des phrases, ou des chiffres liés à une religion. Les enfants doivent faire le lien entre ces symboles et les différentes religions. Il n’est pas simple de faire correspondre mots et religions par exemple avec le mot « Jérusalem » et cela permet de faire émerger des débats..

Leurs actions

Afin de promouvoir le vivre ensemble en Allemagne, JUMA @juma_berlin lance de nombreux projets dont “Shift AMR » et “Mujew Festival” et contribue à des campagnes de sensibilisation pour le vivre ensemble. Le projet  @shiftamr ou “changer le racisme antimusulman·es” est un programme pour éduquer les jeunes sur le racisme antimusulman sur les réseaux sociaux. Nora travaille sur ce projet et ensemble, ils et elles ont créé un compte Instagram pour vulgariser de l’information sur le racisme et ce que veut dire être musulman·e en Allemagne. “Nous voulons, avec notre projet, modifier la conception des gens au centre du spectre politique autour du racisme antimusulman. Nous voulons qu’ils et elles soient sensibles à la question et ne soient plus passifs et passives. » nous explique Nora.

Dans le cadre de la célébration des 1700 ans de vie juive en Allemagne, JUMA a organisé un festival judéo-musulman @mujew.festival en novembre 2021, réunissant 150 artistes juifs et musulmans. L’objectif est de célébrer la vie culturelle et montrer comment les jeunes juifs et musulmans peuvent se connecter.

Enfin, JUMA fait partie des 22 organisations juives, musulmanes ou judéo-musulmanes qui ont lancé la tribune et le hashtag « Wir lassen uns nicht trennen » (nous n’allons pas être divisés). Cette tribune intervient à la suite des violences survenues après les évictions de familles palestiniennes de Sheikh Jarrah à Jérusalem. Elle rappelle l’importance de ne jamais rompre le dialogue et d’aborder ces sujets difficiles en Allemagne.

🙏 Nous espérons revoir Dennis et Nora prochainement à notre retour. Merci pour le temps précieux qu’il et elle nous ont accordé et les connexions créées comme la superbe rencontre de Ahmed à Oaxaca !

Portraits


When we arrived in Berlin, Nora and Dennis opened the doors of their association @juma_berlin with great enthusiasm.

Passionate about poetry and slam, Nora studies Africa and Asia. She comes from a mixed Muslim and atheist family. At age 12, she began reading everything she could about Islam and asked her father to take her to the mosque. « When I was 13, I wanted to wear the veil, » says Nora. In her school, this caused a scandal. « Later, I needed to take it off: some were happy; others were unhappy. » With the headscarf, she wanted to prevent people from judging her by the way she presented herself to the world, but in Germany it was the opposite. She adds, « We live in image societies where women are particularly reified. Everyone wanted me to represent a religion, but that wasn’t my plan. » She then takes up the metaphor of the pendulum to talk about life: « There are moments, where you lean one way and others, the other way. The more it goes in one direction, the more it will swing in the other. »

Dennis is 31 years old and was born in East Germany. He studied politics and philosophy. For the past 7 years, he has been working in the field of popular education. In the GDR, he had no relationship with other religions, as many Christians were persecuted at that time. « My parents came from the working class without religion. I went to school in the reunified Berlin and there I discovered and learned to understand diversity », he says. « I was in that period of teenage rebellion, where I thought, ‘OK, what would be most provocative to my family? Converting to another religion! » So I converted to Islam when I was 16. Many of my family members didn’t want to see me anymore. Then I met people who taught me what Islam really was and that’s how I became a Muslim. »

The association

Since 2010, JUMA (Jung Muslimisch Aktiv = young, Muslim, active) is a movement by and for young people, which allows the voice of young Muslims to be heard and encourages them to get involved in society with their opinions, wishes and ideas. First of all, through youth events, the association wants to bring Muslim culture to life and empower young people, regardless of their community affiliation, background or practice of Islam. As Dennis says: « If you are a Muslim from the Turkish community, you have not necessarily met Muslims from the Maghreb communities in your life ». Secondly, the association has an advocacy program: « Very often we meet with journalists or politicians to talk about the problems that young Muslims face in Germany, » says Dennis. The project enables its participants to enter into a dialogue with actors from politics, economy, media, science and culture and to speak on their behalf. Finally, JUMA carries out peer education work in schools with the « Interreligious Peers » program. The association brings together young Muslims, Jews, Christians and Baha’is to set up modules on identity, religions and the fight against discrimination. For example, during these workshops, the facilitators lay out 48 cards on a table that represent words, images, phrases or numbers related to a religion. The children have to make the link between these symbols and the different religions. It is not easy to match words and religions, for example with the word « Jerusalem », and this allows debates to emerge.

Their actions

In order to promote living together in Germany, JUMA @juma_berlin launches many projects including « Shift AMR » and « Mujew Festival » and contributes to awareness campaigns for living together. The project @shiftamr or « changing anti-Muslim racism » is a program to educate youth about anti-Muslim racism on social networks. Nora works on this project and together they created an Instagram account to popularize information about racism and what it means to be Muslim in Germany. « With our project we want to change the conception of people in the center of the political spectrum around anti-Muslim racism. We want them to be sensitive to the issue and not to be passive anymore », explains Nora.

As part of the celebration of 1700 years of Jewish life in Germany, JUMA has organized a Jewish-Muslim festival @mujew.festival in November 2021, bringing together 150 Jewish and Muslim artists. The goal is to celebrate cultural life and show how Jewish and Muslim youth can connect.

Finally, JUMA is one of 22 Jewish, Muslim and Jewish-Muslim organizations that have launched the platform and hashtag « Wir lassen uns nicht trennen » (We will not be divided). The platform comes in the wake of the violence that occurred after the evictions of Palestinian families from Sheikh Jarrah in Jerusalem. It reminds us of the importance of never breaking off dialogue and addressing these difficult topics in Germany.

🙏 We hope to see Dennis and Nora again soon when we return. Thank you for the valuable time he and she gave us and the connections created like the wonderful meeting with Ahmed in Oaxaca!


.
#antimuslimischerrassismus#muslimeindeutschland#wirlassenunsnichttrennen
#rassismusindeutschland#awareness#empowerment#Allemagne#antiracism
#gegenrassismus#antimuslimracism#awareness#empowerment#muslim#social
#education#islam#diversity#worldtour#interfaith#peaceactivist#faith
#united#belief#inclusion#religion#paix#diversité#inte

Abonnez-vous à notre newsletter